• Et qui?... Libre!

     

    La valse des regrets, vacillant de remords,

    Témoigne, en l'autrefois, du meilleur de nous-mêmes,

    Ainsi qu'un impromptu et pérenne trésor:

    L'aphasique expression d'un unique "je t'aime".

     

    En funambule sur ma vie,

    Le fil des saisons, des années,

    A vu osciller mes envies…

    Te rejoindre ou abandonner?

     

    Affublé d'un futur non moins équilibriste,

    Empruntant du passé ses fébriles frayeurs,

    Dans mon esprit froissé, une question persiste:

    Est-il pensable que l'amour un jour se meurt?

     

    Dans son cas de conscience indigne,

    La raison aura basculée

    Finalement entre les lignes,

    Sous le poids de sa liberté!

     

    Le balancier de la pendule

    Un soir d'été s'est arrêté,

    Ainsi qu'un cœur, sans préambule…

     

    Pour cesser enfin de t'aimer,

    Dans une apathie immobile…

     

    Mais, tout du moins, le croyait-il!

     

    L.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :