•  

    Que m'aurait enseigné une banale vie

    Comblant tous mes désirs, sans un effort aucun;

    Si je n'avais jamais eu qu'à tendre la main

    Pour satisfaire la moindre de mes envies?

     

    Que m'aurait apporté une neutre existence

    Où, sans rien demander, tout m'eut appartenu?

    A quel point je t'aimais, l'aurais-je vraiment su

    Sans ce manque de toi et sans cette souffrance?

     

    Si mon destin s'était accompli sans douleur,

    Aurais-je deviné que la vie est précieuse?

    Sans saisissant contraste, aurais-je été heureuse?

    Aurais-je profité des instants de bonheur?

     

    Sous un ciel toujours bleu, sans l'ombre d'un nuage,

    Sans la pluie, je n'aurais pas connu l'éclaircie,

    La splendeur irisée de l'arc-en-ciel aussi,

    Les couleurs des saisons changeant le paysage.

     

    Sans peine et, donc, sans joie, quel en serait le prix?

    Pourrait-il y avoir guérison sans blessure?

    Quel charme aurait la Vie sans ses égratignures?

    N'en perdrions-nous pas toute sa poésie?

     

    L.


    1 commentaire
  •  

    Il y a ceux qui, et les autres,

    Les bons et les mauvais apôtres,

    Les conventions, les interdits,

    Tout ce qui blasphème la Vie.

     

    Branches pourries, vilains canards,

    Evitons donc leurs traquenards,

    Leurs jugements, l'indifférence.

    Qu'importe au fond les apparences!

     

    Restant concentrés sur nos quêtes,

    N'adhérons pas aux étiquettes

    Que certains, d'un ultime affront,

    Tentent de coller sur nos fronts.

     

    Libres dans nos anonymats,

    Laissons-les à leurs apparats,

    Dans l'avoir ou dans le paraitre,

    Malheureux de n'être dans l'être.

     

    Car vous qui cherchez le Bonheur,

    Pour peu d'oublier vos rancœurs,

    Vous pourriez le trouver sur l'heure

    Bien à l'abri dans votre cœur.

     

    Ce que je suis est un problème?

    Tant pis! Je resterai moi-même,

    Malgré l'exil ou l'anathème!

    yes 

    Bienheureux est celui qui… AIME!

     

    L.


    3 commentaires
  •  

    Nulle amnésie n'aura effacé mon enfance.

    Me l'aurait-on volée? Au fond, quelle importance!

    Sans doute à la recherche d'un monde meilleur,

    Déjà, en ces temps-là, je devais être ailleurs.

     

    Puisque son objectif est d'atteindre le Ciel,

    Que j'aurais adoré jouer à la marelle!

    En changeant quelque peu, de leurs règles austères,

    Le jeu désobligeant de ces jetés de pierres.

     

    Me serai-je permis, l'aurais-je fait exprès,

    En ne me conformant qu'à mes desseins secrets,

    Sans tricher pour autant, de déborder les traits

    Me limitant dans ma quête d'autres attraits.

     

    Vieille dès le départ, ma jeunesse estropiée,

    J'ai sauté cette étape, en sorte, à cloche-pied.

    Moi, qui n'ai pas cessé depuis de rajeunir,

    S'ouvre à moi, tout tracé, un très bel avenir.

     

    Quand nul oubli ne m'a dépouillée de ma vie,

    Le futur me verra, verdi de jalousie,

    Sautillant sur un pied, sur l'autre, en la marelle,

    Qui me ramènera, joyeuse, vers le Ciel.

     

    L.

     


    4 commentaires
  •  

    S'amusant sans arrêt de mon trop plein d'émoi,

    Dans la mélancolie taciturne des heures,

    Jusqu'à présent, la vie n'a pas voulu de moi.

    Pressentais-je, ici-bas, les affres du bonheur?

     

    Frappée d'un handicap en mes désirs castrés,

    En quête d'absolu, d'échec en déception,

    Naissaient ces interdits qui venaient se greffer

    Aux sombres destinées de mes mutilations.

     

    Pour ne plus s'écorcher dans cette solitude,

    Mon esprit s'enfuyait dans un songe troublant,

    Sans fin s'anesthésiant des hautes altitudes,

    Cueillant les étoiles d'improbables printemps.

     

    Eloignée, protégée des terrestres chimères,

    Austères à mon aspiration troubadour,

    Ainsi fus-je enlacée dans la douce atmosphère

    De l'écume infinie céleste de l'Amour.

     

    Que ne m'as-tu rejointe en mes touchés de Ciel?

    Que ne t'ai-je aperçue dans l'éternité brève,

    Devançant mes envies sans que je ne t'appelle,

    Changeant ma nuit rêvée en une nuit de rêve?

     

    Changeant ma nuit rêvée en une nuit de rêve,

    Changeant ma vie rêvée en une vie de rêve…

     

    L.


    2 commentaires
  •  

    Qu'importe de passer pour fou!

    Quand tant d'autres se découragent,

    Riez, dansez, amusez-vous…

    En faisant fi de tout orage.

    Devant le tonnerre qui gronde,

    Changez votre vision du monde.

     

    Qu'importe les vents ou la pluie,

    Ni voyez que les avantages!

    Sachez élever vos esprits

    Toujours au-dessus des nuages.

    Plus haut, plus question d'escarbilles,

    Sans arrêt le soleil y brille.

     

    L.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique