• Il y a ceux qui…

     

    Il y a ceux qui, et les autres,

    Les bons et les mauvais apôtres,

    Les conventions, les interdits,

    Tout ce qui blasphème la Vie.

     

    Branches pourries, vilains canards,

    Evitons donc leurs traquenards,

    Leurs jugements, l'indifférence.

    Qu'importe au fond les apparences!

     

    Restant concentrés sur nos quêtes,

    N'adhérons pas aux étiquettes

    Que certains, d'un ultime affront,

    Tentent de coller sur nos fronts.

     

    Libres dans nos anonymats,

    Laissons-les à leurs apparats,

    Dans l'avoir ou dans le paraitre,

    Malheureux de n'être dans l'être.

     

    Car vous qui cherchez le Bonheur,

    Pour peu d'oublier vos rancœurs,

    Vous pourriez le trouver sur l'heure

    Bien à l'abri dans votre cœur.

     

    Ce que je suis est un problème?

    Tant pis! Je resterai moi-même,

    Malgré l'exil ou l'anathème!

    yes 

    Bienheureux est celui qui… AIME!

     

    L.


  • Commentaires

    3
    Mercredi 30 Mars 2016 à 16:27

    Merci à vous deux et très belle fin de journée.

    Bien Amicalement.

    L.

    2
    Mercredi 30 Mars 2016 à 10:42

    coucou L,

    Comme le dit si bien Fabrice, et pour rejoindre le commentaire que je t'ai laissé sur psyché,

    L'être reste l'essentiel car il est un coeur avec ses défauts mais un coeur qui bat pour le vrai alors vouloir faire semblant juste pour plaire est une façon de se perdre car il est impossible de plaire à tout le monde.

    Merci pour poème L

    Bisous et je vais m'y coller aussi!!!

    1
    Mercredi 30 Mars 2016 à 07:35

    Bonjour,

    Même s'il est parfois difficile de rester soi-même, c'est encore ce qu'il y a de plus souhaitable (et de très loin) lorsqu'il s'agit de "se frotter" à son prochain. Jouer les girouettes pour satisfaire aux attentes des uns et des autres revient à vendre son âme au diable, on finit par se perdre et se dégoûter de ne plus correspondre à ce qu'on veut être, à ce qu'on est. Ce n'est psychologiquement pas tenable sur la longueur. 

    Les passages suivants me plaisent particulièrement et disent bien ce en quoi je crois : 

    "Libres dans non anonymats,
    Laissons-les à leurs apparats [...]

    Ce que je suis est un problème ?
    Tant pis ! Je resterai moi-même,
    Malgré l'exil ou l'anathème !
    Bienheureux est celui qui... AIME !"

    Il y aura toujours untel ou untel pour nous rappeler qu'on n'est pas assez ceci, qu'on est trop cela, mais les défauts font aussi partie de la personnalité de quelqu'un, il suffit d'en gommer un seul (ou plutôt de le masquer, car ça ne s'efface pas comme ça !) pour qu'il manque un ingrédient au plat...

    Bonne journée, et merci pour ce texte.

    FP

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :