• Tag émotion

    Résultats pour la recherche du tag émotion :
  •     Dans le petit matin d’une nuit de plaisirs, Morphée est venu pour me voler mon amante Et il ne m’a laissé, contre ma peau brûlante, Que ce corps dénudé que sans fin je désire.   Je puis la contempler sans me lasser jamais Malgré cette envie folle de la réveiller, La tirer du...

    Lire la suite...

  •     Une ombre s’est glissée dans ce lit trop spacieux, Qui frôle mon corps nu, désireux et livré. D’étreintes, de caresses, nous deux enivrées, Déjà nous abordons l’étendue de nos cieux.   Et parmi nos duos de « viens » et de « je t’aime », Ton sexe s’offre à moi plus...

    Lire la suite...

  •     Rencontre d’un soir. Deux êtres sans mémoire. Une lueur d’espoir. Une trop courte histoire.   Baisers volés entre deux portes, Des caresses qui vous transportent, La pige à d’autres amours mortes Avant que le temps nous emporte.   Tendresse entre deux tours d’aiguilles... Voilà...

    Lire la suite...

  •     Ô toi, femme qui passe sans te retourner, Dont la beauté flamboie sous le soleil d’été, Que j’ai envie de suivre, sans pourtant l’oser, D’un rêve délirant gardant l’étrangeté.   Deux regards éclairés par la même étincelle Une seconde infime et pourtant bien réelle, Qui...

    Lire la suite...

  •     Non, je n’ai pas ce don de pouvoir effacer Ni les mots ni même les actes qui te blessent, Car je ne suis qu’un poète au cœur écorché Qui de remède ne connaît que l’amnésie, Et n’a rien à t’offrir sinon que sa tendresse, Son amitié profonde et son amour maudit.

    Lire la suite...

  •     C’était au soir du vingt et un mai, c’est certain. Je suis sortie d’un rêve en ce grand jour divin En flottant dans les airs, ainsi qu’une droguée, Mais droguée de bonheur; tu venais de m’aimer.   Cinq heures du matin, malgré moi éveillée, Mes lèvres et mon corps, tout...

    Lire la suite...

  •     L’automne aux arbres resplendit, D’or et de rouille te couronne. En quête de toi, je mendie Un amour aux teintes d’automne.   Tes cheveux aux reflets de cuivre Aveugles ont rendu mes yeux. Je guette ta voix pour te suivre, Et vais les bras tendus aux cieux.

    Lire la suite...

  •     Pleure; ton corps de tout son long contre le mien. Pleure, pleure, cela fait quelquefois du bien. Laisse couler tes larmes, cela a du bon. Mes bras, refermés sur toi, te protègeront.   Pleure; ton cœur contre le mien qui bat trop vite. Pleure, ne te console donc pas tout de suite. Laisse...

    Lire la suite...

  •     Vous dites que des mots, comme le verbe « aimer », N’ont plus pour vous aucune signification, Car à tort à travers vous les utilisez Sans même plus y faire la moindre attention.   Mais si vous en usiez lorsqu’il en vaut la peine, Vous verriez qu’aussitôt il reprendrait un sens....

    Lire la suite...

  • ...En mon cœur chaviré qui déborde d’espoir, D’un bienfaisant bonheur de te pouvoir aimer, Et pour nous que demain tomberont d’autres nuits Imprégnées de tendresse et chargées d’émotion, Où nos deux corps perdront du temps toute notion, Où, pour l’éternité, nous nous redirons oui?

    Lire la suite...