• Poésie - Divers

    Blottie contre toi dans le lit,

    Je pleurerai à ton épaule

    Parce que je te l'ai promis,

    Que tu m'attends de jouer ce rôle...

     

    Réveil insolent d'émotions

    Me faisant vibrer jusqu'à l'âme,

    Fondu dans son apparition

    A la fois Céleste et très Femme.

     

    Point de tristesse en mon veuvage,

    C'est comme si Elle était là:

    Je reçois toujours ses messages

    Et la tiens parfois dans mes bras.

     

    Je ne suis fou, si je suis fou,

    Que de par mon Amour pour Elle,

    Et je guette ses rendez-vous

    Jusqu'au profond même du Ciel.

     

    Elle est mon futur horizon,

    Mon Paradis, ma renaissance, ...

    Quand viendra l'heure des pardons,

    Je renierai mon innocence...

     

    L.

  •  

    Qu'espères-tu toucher le Ciel

    En baissant les bras sans arrêt?

    N'est-il rien de plus essentiel

    Que l'amour et tous ses bienfaits.

     

    Le but, tu le sais, de ta route,

    Qui n'est pas peuplé que de ronces,

    Est d'avancer coûte que coûte.

    Que ton cœur jamais ne renonce!

     

    Et, si tu n'y vois point les fleurs,

    C'est d'un refus de regarder

    Ce qui est beau, plein de couleurs,

    Emouvant de simplicité.

     

    Il est grand temps de transformer

    Toute l'énergie de ta rage,

    Toute ta négativité,

    En un moins indigne courage.

     

    Ce que tu y auras gagné

    Sera plus précieux que de l'or.

    Laisse-donc l'échec au passé.

    Sans plus te plaindre de ton sort,

    Essaye au moins, essaye encore!

     

    L.

     

     


    2 commentaires
  •  

    Libres, en liberté, dotés du libre-choix,

    Cela justifie-t-il un grand n'importe quoi,

    Sans limite, sans but, pire sans foi ni loi,

    Dans l'égoïsme fou de ne penser qu'à soi?

     

    Quand la fraternité deviendra notre emblème,

    Sans doute nous souviendrons-nous, honteux et blêmes,

    Pour enfin en finir avec nos faux problèmes,

    Que l'autre n'est rien d'autre qu'un autre nous-même.

     

    Si tout nous est égal, que tout nous soit égal,

    Réellement, sans privilège ou piédestal.

    N'aspirons-nous pas tous à un même Idéal:

    La paix et la santé, le bonheur au final?

     

    Me vient une pensée pour les "grands" de ce monde,

    Enorgueillis de leurs solutions infécondes,

    Qu'un éclair de génie les baigne en la seconde

    Pour leur donner l'envie de mutations profondes.

     

    N'est-il pas, plus que d'autres, en réalité,

    De leur si publique responsabilité,

    De nous montrer l'exemple et, en toute équité,

    Pour ne plus aliéner rien de nos libertés.

     

    Libres, en liberté, dotés du libre-choix,

    Cela excuse-t-il un grand n'importe quoi,

    Sans limite, sans but, pire sans foi ni loi,

    Dans l'égoïsme fou de ne penser qu'à soi?

     

    L.

     


    4 commentaires
  •  

    Derrière ce rideau, déjà en filigrane,

    Derrière ce rideau, se dessine un visage

    Qu'on devine celui, blême, d'un enfant sage

    Dont la vie a trahi l'espérance profane.

     

    Derrière ce rideau, pleure l'isolement

    D'une âme exténuée sous des rides amères,

    Rideau, comme sa vie, grisaillant de poussière,

    Que la mort a trahi, berné en l'oubliant.

     

    Deux destins estompés, parmi nombre d'entre eux,

    Etouffés sous le voile de l'indifférence,

    Cette trop populaire et experte sentence

     

    Qui, comme un lourd rideau, plutôt qu'ouvrir les yeux,

    Nous fait souvent baisser lâchement nos paupières…

    Que de rideaux fermés occultant la misère!

     

    L.

     

     


    4 commentaires
  •  

    Ne blâmons pas le Ciel de nos existentiels,

    Et trop peu essentiels, tracas artificiels,

    N'accusons pas la vie de gâcher nos envies

    En restant asservi rien qu'à l'inassouvi.

     

    La joie n'est pas un dû, inaccessible, ardue,

    Ni le fruit défendu d'un effort assidu.

    Notre chance au bonheur se ruinerait sur l'heure

    De penser, par erreur, qu'il est toujours ailleurs.

     

    Le bonheur se construit, sans miracle fortuit,

    Il n'est pas l'usufruit d'un bien privé d'autrui.

    En soi, faveur native, exempt de directives,

    Le bonheur se cultive sans prérogative.

     

    Simple et sans méandre, chacun peut y prétendre,

    Le cueillir, à surprendre, à l'instant, sans l'attendre,

    Ici, avec ardeur, sans le chercher ailleurs,

    Puisqu'enfin le Bonheur n'est autre qu'en nos cœurs.

     

    L.

     


    2 commentaires
  •  

    La Grande Sophie - Je ne changerai jamais

     

    Des promesses excommuniées,

    Que j'ai trahi à contre cœur,

    Contre ma propre volonté.

    Qui me dira d'où vient l'erreur,

    Quand l'honnête affabulation

    D'un épique songe utopique,

    Pavé de bonnes intentions,

    S'affuble d'un humour tragique.

     

    Victime d'un rêve naïf,

    Inachevé, interrompu,

    Aux espérances apocryphes

    Trop sincèrement corrompues.

    L'Ornière d'écho, incidence,

    Ainsi qu'un tangible mirage,

    D'un avenir, qui me devance,

    A échoué, là, sur mon visage.

     

    Des vérités remaquillées,

    Dans un reflet en trompe l'oeil,

    Ingénues, en pâle fumée,

    Ne faut-il en faire mon deuil.

    Des mensonges désabusés

    Auront sacrifié mes désirs,

    Jouant les contre-vérités

    Même à venir… Même avenir!

     

    L.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique